Les financeurs du projet

En finançant les transports collectifs, l’Etat s’engage pour la modernisation des trains-RER, le prolongement de lignes de métro, la création et l’extension de lignes de tramways et de lignes de bus en sites propres, permettant ainsi d’avancer vers un territoire plus durable et un mode de vie plus apaisé. Il poursuit ainsi son objectif de rendre plus performant le réseau de transport en l’inscrivant dans la dynamique des territoires afin de mieux répondre aux besoins quotidiens des usagers, d’améliorer l’accès pour tous aux transports et ainsi renforcer l’attractivité de la région Île-de-France. L’État participe au financement de l’ensemble des opérations de réalisation et de prolongement du projet EOLE, qui s’inscrit dans sa priorité de modernisation et d’extension des transports du quotidien.


La Région est le premier financeur des transports partout en d’Ile-de-France. A travers la Révolution des transports, stratégie ambitieuse à l’échelle du territoire francilien, La Région agit quotidiennement pour leur développement à travers le financement d’opérations de prolongements ou de créations de lignes. Elle accompagne également le renouvellement et la rénovation du matériel roulant en finançant les adaptations de l’infrastructure et en améliorant son intégration dans son environnement. L’enjeu consiste à améliorer les conditions de transport quotidiennes des Franciliennes et des Franciliens. La Région est aujourd’hui l’un des principaux partenaires du prolongement d’EOLE vers l’ouest.

Egalement appelé RER E, EOLE constitue un progrès  majeur pour le fonctionnement des transports franciliens.  Conformément au protocole-cadre voté en 2016, la Région investira ainsi plus d’un milliard d’euros (1060,28 Md€) dans le projet d’extension   jusqu’à Mantes la Jolie, ce qui place la Région comme  second financeur du projet après la SGP (Société du Grand Paris). Cet investissement est historique pour la Région Ile-de-France, puisque jamais un tel montant d’investissement n’avait été atteint sur une seule opération.

La Société du Grand Paris est l’établissement public créé par l’État dont la mission est de piloter le déploiement et le financement du Grand Paris Express. Elle assure la construction des infrastructures qui composent le réseau et l’acquisition des matériels roulants qui le parcourront. Futur métro du Grand Paris, le Grand Paris Express est le plus grand projet d’infrastructure et d’aménagement d’Europe. Avec 200 kilomètres de réseau, le projet prévoit la création de quatre nouvelles lignes autour de Paris (15, 16, 17 et 18), le prolongement de la ligne 14 et la construction de 68 gares.Depuis 2001, la Ville de Paris s’est engagée dans une politique ambitieuse de réduction de la pollution, enjeu majeur de santé publique, et de lutte contre le dérèglement climatique liée aux transports routiers. Cette politique passe notamment par le développement des transports collectifs et alternatifs à la possession d’un véhicule particulier. La Ville de Paris participe ainsi au financement des projets de prolongements de RER, de métro et de tramways, au premier rang desquels figure le tramway T3b dont le prolongement de la Porte de la Chapelle à la Porte d’Asnières est mis en service depuis le 24 novembre 2018.

En s’engageant financièrement pour le prolongement du RER E à l’Ouest à hauteur de 128 millions d’euros, la Ville de Paris permet de développer l’offre et le maillage des transports en commun à l’échelle régionale et de contribuer au rééquilibrage territorial. régional.

Tout en délestant les tronçons centraux des lignes de métro et de RER traversant Paris, ce nouvel axe Est-Ouest offrira une haute qualité de service, des fréquences élevées, un meilleur confort et un maillage renforcé, notamment grâce à la connexion avec le tramway T3b qui sera prolongé jusqu’à porte Dauphine par la Porte Maillot. Eole contribuera ainsi à faire de la porte Maillot un pôle métropolitain majeur.

La Ville de Paris est le premier financeur, après la Région, du budget d’Ile-de-France Mobilités (STIF), avec plus de 370 millions d’euros par an, et contribue ainsi sur l’ensemble du territoire francilien, à l’amélioration de la qualité des transports (aménagement des stations de métro, achats de nouveaux bus…) et à l’augmentation de l’offre sur les réseaux de transports en commun. En complément du réseau de bus, la Ville de Paris gère les lignes de Traverse pour assurer une desserte fine des quartiers exploitées avec des minibus électriques.

Enfin, la Ville de Paris œuvre pour le développement des mobilités alternatives à l’usage individuel de la voiture en développant des services à la mobilité, en mettant en place des mesures et aménagements spécifiques qui favorisent les mobilités actives : la stratégie Paris Piétons et le Plan Vélo (création d’aménagements cyclables, subvention pour l’achat de VAE…) permettent le développement des mobilités partagées (Vélib’ Métropolitain, autopartage en boucle et en flotte libre).

« Le Département des Hauts-de-Seine s’engage pour les déplacements sur son territoire »

Le Département des Hauts-de- Seine poursuit son engagement en faveur de la mobilité en facilitant les déplacements sur son territoire et en développant les infrastructures qui contribuent au développement économique et l’amélioration de la vie des habitants, Il participe au financement à hauteur de 150 M€ au prolongement du RER EOLE vers l’ouest.

En 2018, le Département investit 176 M€ dans les mobilités. A ce jour, cinq autres grands projets de transports sont en cours :

  • Le prolongement du T1 d’Asnières-sur-Seine à Colombes avec une mise en service prévisionnelle en 2019 pour la phase 1,
  • Le prolongement du Tram 1 de Nanterre à Rueil-Malmaison dont la concertation publique s’est tenue fin 2016,
  • La création du Tram 10 entre Antony et Clamart, en assurant la maîtrise d’ouvrage des aménagements urbain, dont la mise en service est estimée à l’horizon 2023,
  • Le prolongement de la ligne de métro 4 de la mairie de Montrouge à Bagneux dont la mise en service est attendue mi-2021
  • Le prolongement de la ligne de métro 14 entre les stations Saint-Lazare et Mairie de Saint-Ouen pour une livraison à l’été 2020.

En mettant l’accent sur le renforcement de l’offre de transports collectifs et le développement de l’intermodalité, le Département entend agir sur l’ensemble des leviers de la chaîne des mobilités. Avec la volonté de faciliter les déplacements des Yvelinois, mieux relier les pôles d’emploi et les zones d’habitat, et ouvrir les voies du département au Grand Paris.

Cette politique en faveur du développement des grandes infrastructures de transport se traduit par un investissement de 430 M€ sur ces dernières années. C’est le 1er partenaire financier de Grande Couronne. Plusieurs grands projets structurants vont contribuer à améliorer l’offre de transports collectifs dans les Yvelines en répondant à la nécessité de moderniser et de fiabiliser l’exploitation du réseau existant, mais aussi d’accroître le maillage du réseau ferroviaire.

Eole représente un engagement de 200 M€. Le prolongement du RER E vers l’ouest jusqu’à Mantes-la-Jolie va redynamiser l’activité économique et urbaine d’une Vallée de la Seine meurtrie par la désindustrialisation. Il va offrir une meilleure desserte des grands bassins d’emplois et 1er quartier d’affaires européen, La Défense.

Le Département des Yvelines soutient également, à hauteur de 167 M€, le Tram 13 Express, dont la phase 1 reliera Saint-Germain-en-Laye à Saint-Cyr-l’Ecole d’ici fin 2021. Il va offrir une liaison banlieue à banlieue pour mieux pallier le déficit des déplacements Nord-Sud.

Récemment, il a assuré la co-maîtrise d’ouvrage du T6 (participation de 52 M€), mis en service en 2016 entre Châtillon et Viroflay. Et participé à hauteur de 11 M€ dans la transformation du pôle d’échange multimodal de Versailles Chantiers, mis en service en 2019.

Au cœur du réseau de transports d’Ile-de-France, Ile-de-France Mobilités imagine, organise et finance des solutions innovantes pour toutes les mobilités d’aujourd’hui et de demain.
Elle décide et pilote les projets de développement et de modernisation de tous les transports (train, métro, tram, bus et câble) dont elle confie la mise en œuvre à des entreprises de transport. Elle développe également les solutions pour la mobilité comme par exemple Navigo, Vianavigo ou Véligo.
Ile-de-France Mobilités fédère tous les acteurs (voyageurs, élus, constructeurs, transporteurs, gestionnaires d’infrastructures, …) et investit pour améliorer le service rendu chaque jour aux Franciliens (des transports plus performants, plus modernes, plus sûrs, plus confortables,… et plus connectés)
Dans le cadre du projet de prolongement du RER E à l’ouest, Île-de-France Mobilités veille au respect du programme, du calendrier et des coûts de l’ensemble du projet et finance le matériel roulant et l’exploitation de la future ligne prolongée.

Au sein de SNCF, groupe public ferroviaire, SNCF Réseau gère, maintient, développe et commercialise les services offerts par le Réseau Ferré National.

Les transports du quotidien sont une priorité de SNCF en Île-de-France. Avec 1,8 milliard d’euros investis pour le réseau francilien en 2018, SNCF Réseau intensifie l’effort de modernisation des lignes existantes, le développement de nouveaux projets et les opérations d’entretien. Cet investissement a ainsi été multiplié par 4 en l’espace de 10 ans avec pour objectif : offrir à un nombre croissant de Franciliens des conditions de mobilité en vrai progrès.